Les sources de gâtine
Les Sources de Gâtine

Parti pour faire la randonnée le long du Thouet, je me suis aperçu, arrivé à la source, qu'il y a plus que le Thouet. De là le titre " Les Sources de Gâtine ".

Le premier jour, à 4 heures du matin, j'enfourche mon vélo sous un ciel étoilé, pour aller à Secondigny en passant par Marigny-Marmande, St.Gervais-Les-Trois-Clochers, Sossais, Lencloître, Mirebeau, Thénezay, Parthenay et Azay-sur-Thouet et avec au dos, pour la première fois le sac élargi au maximum de son volume.
J'ai de quoi manger et boire pour tout au long de la journée.

Un premier petit 'coup de pompe' imprévu à Thénezay où je m'arrête sur le parvis de l'église, aux premiers rayons de soleil, à seulement sept heures et demie le matin.
Je sors la bouteille de café de mon sac à dos ainsi que quelques gâteaux que je mange de bon appétit.

Pendant ce repos je regarde les bâtiments autour de moi. Thénezay est un village d'environ 1.500 habitants.
Je remarque à ma gauche une charcuterie maison et à ma droite une charcuterie artisanale. Vu une pancarte de location dans la vitrine de l'une d'elle, on dirait que la charcuterie maison est la gagnante.

La chaleur du bon café me réconforte et ce n'est qu'en voyant le fond de la bouteille que je plie bagages, ressourcé, pour continuer mon chemin.   

Le Thouet est une rivière, longue de 142 km et affluent de la Loire. Il naît en Gâtine Vendéenne à 225 mètres d'altitude. Sa source est localisée à l'ouest du département des Deux-Sèvres près de la ferme de la Pointerie sur le territoire de la commune du Beugnon, à quelques kilomètres à l'ouest de Secondigny.

Tout en pédalant je décide de ne pas m'arrêter au lac de détente d'Affres à Secondigny pour ne pas perdre plus de temps. Aussi je traverse la ville et je prends la D.949Bis en direction de l'Absie.
A un certain moment je décide d'aller à gauche empruntant un petit chemin qui mène à la source de la Sèvre Nantaise. Je vais accoster maintenant le premier paysan que je rencontre pour lui demander la ferme 'La Pointerie' où le Thouet prend sa source.

Je vois une ferme près de la route et ralentit un peu pour mieux voir dans la cour. A ma grande surprise, le nom de la ferme : 'La Pointerie'.
Il y a de l'activité à la ferme puisque le bruit des machines est bien clair et net.
A côté de la ferme  je découvre déjà la réponse à ma question : la source se trouve bien là.
photo01
Je peux commencer ma randonnée. (1)

Donc, ce site marque la naissance de deux affluents importants de la Loire, le Thouet et la Sèvre Nantaise. Leurs sources sont situées à quelques centaines de mètres l'une de l'autre et pourtant ils se jettent respectivement dans la Loire à proximité de Saumur pour le Thouet (direction sud-nord) et du côté de Nantes pour la Sèvre Nantaise (direction sud-est/nord-ouest). Soit à 130 kilomètres de distance !
Tout oppose ces deux cours d'eau ! ! !
Original, le département des Deux-Sèvres l'est à bien des égards.
Il est notamment l'un des seuls départements français systématiquement traversés par des rivières y ayant pris leur source.
La région du Beugnon se situe précisément sur la ligne de partage des eaux de deux bassins hydrographiques - Loire moyenne, basse Loire et Sèvre Niortaise - et de trois bassins versants de rivières - La Sèvre Nantaise, le Thouet et l'Autize.

Au cœur de la Gâtine poitevine, Le Beugnon, 360 habitants, s'inscrit dans des paysages marqués, typiques de cette région accidentée à l'horizon fermé : zone bocagère, vallonnée, bien drainée et maillée de haies vives . . .  
Etonnamment, ce type de paysage cloisonné qui recouvre plus de 20 % du territoire régional est relativement récent. Imaginez-vous la Gâtine au 19ième siècle, en partie couverte par la brande ! (2)
02
La Gâtine se caractérise également par son relief doucement 'chahuté'. On y trouve du granite sous forme de falaises ou des parts de rochers mais aussi sous la forme de chaos granitiques. (3)+(4)
03
04
Quelques centaines de mètres plus loin, un panneau me donne la possibilité de changer de vallée. (5)
05
06
07

08
Je reste encore à rouler dans la belle et grande commune du Beugnon que recouvrent des étangs, (6) des bois, (7) des bons petits chemins pour cyclistes et des sentiers de randonnée (8) avec également le sentier : 'Aux sources du Thouet'.

Pourquoi cette zone est-elle si humide ?
Quelques reliefs, bien que modestes, forment un écran aux vents qui soufflent du Sud-Ouest et condensent en bruine et pluie fine les masses d'air humide provenant de l'Océan Atlantique. Résultat : la Gâtine poitevine est la zone la plus arrosée du département des Deux-Sèvres. (9)
09
Son sous-sol, composé de roches imperméables, supporte des sols argileux plus ou moins épais. Ainsi l'eau reste-t-elle en surface, dessinant un paysage de mares, d'étangs, de prairies humides et de noues, (en patois régional désignait une terre grasse et humide, régulièrement inondée, généralement exploitée en pâturages ou en prairies).

Dans ces conditions, il est parfois bien difficile de déterminer avec précision où les cours d'eau prennent leur source : c'est le cas du Thouet qui naît de la convergence de pas moins de cinq ruisselets !

Combien consommez-vous de litres d'eau par jour ? (10) + (11)
10
11
D'ailleurs en parlant de mares, l'histoire de la mare est étroitement liée à celle de l'homme. En effet c'est lui qui bien souvent l'a creusée et entretenue. Sans son intervention la mare est vouée à disparaître.
On estime qu'il ne reste plus aujourd'hui en France, que 10 % des mares qui existaient au début du 20ième siècle.
Véritable écosystème à part entière, c'est une multitude de plantes, d'amphibiens, de reptiles, d'oiseaux et bien d'autres espèces qui s'y cotoyent.
12
Je fais la photo d'une mare (12) à côté de la source, où le bruit assourdissant des grenouilles attire mon attention. Dans le pré adjacent un taureau me regarde d'un oeil pénétrant.
Veut-t-il me charger ou quoi ?
13
Je le prends en photo (13) comme preuve de ses "possible" mauvaises intentions.

14
A côté de la source se trouve des panneaux explicatifs, (14)) montés sur une roue hydraulique qui nous expliquent par exemple sur les effets de la faune et de la flore.

J'abandonne Les Sources de Gâtine (15) et suis le Thouet pour arriver à Secondigny.  
15
16
Au Lac d'Affres, (16) côté sud de la commune, je m'arrête pour déjeuner. Il y a du choix ; d'innombrables tables/bancs sont à ma disposition. Peut-être que les gens sont à un mariage ; en effet des coups de klaxon retentissent : une bonne quarantaine de voitures passent lentement devant mes yeux.
Il est midi et certainement qu'ils vont au restaurant pour arroser cet événement.  
 
Après mon déjeuner je prends la D.130, traverse le Thouet et roule à vive allure. A Allonne, je tourne à gauche pour Château-Bourdin où je tourne de nouveau à gauche . . .  Finalement je contourne le Bois d'Allonne pour trouver un bon endroit afin de photographier une petite abbaye qui se trouve dans le bois et qui est peu connue.
Vu les cours d'eau c'est l'endroit idéal pour une abbaye. Je dois suivre mon instinct, aucun panneau pour me guider. Je traverse le bois, dans un virage vers la droite je découvre, un peu à gauche, derrière une croix d'environ 5 mètres de haut, un sentier qui me dit que je doit être sur la bonne route.
Je roule prudemment pendant 600 mètres. J'arrive devant un grand portail ouvert, qui sera sous peu pourvu d'une fermeture automatique.
L'abbaye est petite et ressemble plutôt à une chapelle . . .  
Ce n'est plus une abbaye.
La situation actuelle laisse penser qu'il n'y a plus de vie monastique ici.

Un peu déçu de ma découverte je retourne, quitte le Bois d'Allonne et continue ma route vers Parthenay.
      
Au bourg 'Le Tallud'  je m'arrête à un barrage restauré. (17)
17
Le barrage d'Empince, ancien moulin à blé, appartenant à la commune et aménagé par le Syndicat Mixte de la Vallée du Thouet en 2007 et qui montre comment on peut restaurer un barrage en prenant en compte la vie aquatique.

Les travaux effectués :
- La remise en état de vannages traditionnels.
- La mise en place de systèmes de manœuvre fonctionnels.
- L'amélioration du franchissement de l'anguille par la diminution de la pente, par l'accentuation de la rugosité du   déservoir et par l'amélioration des débits d'attrait.
- La plantation d'espèces végétales adaptées au cours d'eau favorables au développement d'habitats variés.

Remettre en fonction une gestion des vannages permet de renouveler la réserve d'eau que constitue le barrage, de réoxygéner le milieu et de 'décolmater' les fonds qui sont souvent envasés ou ensablés. La rivière est une entité naturelle entre sa source et son embouchure. Le déplacement et la reproduction d'espèces floristiques et faunistiques ainsi que le transport du sable entre l'amont et l'aval sont indispensables à la conservation d'un équilibre naturel. L'ouverture des vannes favorise alors cet échange.    

Espèces végétales replantées : Iris, carex, joncs, salicaires, saules, noisetiers. . .
Hauteur de la chute d'eau : 1,50 m.
Distance à la confluence de la Loire : 119 km

A voir plus qu'à photographier ! ! !
18
19

A présent j'arrive à Parthenay où je suis le panneau de Châtillon-sur-Thouet qui passe par la zone commerciale et les faubourgs. Je traverse le Thouet à l'entrée de Châtillon (18) et prends la D.134 pour Gourgé.
Je m'arrête au centre pour me désaltérer, face à l'ancien bureau de poste et la petite église sur sa gauche. (19)
20
21
A la sortie de Gourgé, le Thouet coule paisiblement. Je vois à ma droite le pont roman (20) et à ma gauche des enfants qui s'amusent. (21)  C'est un bon endroit pour y séjourner quelque temps mais hélas je dois reprendre la route pour St.-Loup-sur-Thouet. Je connais bien ce bourg. Aussi je pense à le traverser rapidement.

Eh bien, je me trompe.
Un peintre actif sur la berge de la rivière attire mon attention. (22)
22
Je l'approche, le vélo à la main. Vu le tableau presque fini, j'entame la conversation. D'autres tableaux sont étalés et . . . à vendre. En général des paysages reposants. Les prix varient de 300 à 500 euros.   Je trouve la qualité / prix pas tout à fait en rapport. Il faut dire je ne suis pas connaisseur.

Je continue à pied ; les gens flânent les rues ; il y a de l'activité . . . un peu plus loin je comprends pourquoi !
Il y a une exposition dans le village : des peintures et des sculptures. (23) Je passe dans les ruelles ; partout des peintres, partout des stands, partout du monde.
23       
Au stand du Syndicat Mixte de la Vallée du Thouet (SMVT) je m'arrête et entre en conversation avec l'hôtesse  au sujet de la rivière.  Elle me remet gracieusement une brochure détaillée.

La journée avance vite et avec l'impression de mettre éternisé, je reprends ma route  traverse Louin et arrive à Airvault.
C'est ici que ma première journée prend fin.
Je me restaure une dernière fois et, couché sur mon guidon, quitte Le Thouet pour rallier directement la maison par le chemin le plus direct.

La distance totale de la première journée est de 269 km.



Le deuxième jour, à 5 heures du matin, je décolle à vélo vers Airvault, passant par Monts s/Guenes, St. Clair et Marnes et sans aucun arrêt j'arrive à Airvault sud. Il est huit heures ; le temps est beau ; soleil et nuages avec une température autour de 20 degrés. Au pont roman de Vernay, je m'arrête pour boire un café tout en admirant le pont, construit par les moines d'Airvault. C'est un des ponts médiévaux les mieux conservés de ceux que l'on rencontre en longeant le Thouet. (24) Il était appelé jadis " Pont Viré "  
24
En effet, selon la légende, la fée mélusine passant un jour par là, l'aurait retourné, de bout en bout d'un coup de pied.
Le pont comprend pas moins de onze arches en plein-cintre. Plusieurs reposent sur la terre ferme, ce qui laisse à penser que le lit de la rivière était plus large autrefois.
Assurant la liaison entre le château de Vernay et l'abbaye, il servit longtemps de passage au chemin qui, de Poitiers à Nantes remplaça les voies romaines de Gourgé et de Saint-Généroux.
Les marchands devaient y acquiter un droit de péage supprimé par un arrêt du 26 novembre 1737.
Le pont est classé monument historique en 1868.

Le Thouet prend de la largeur (25) et coule dans un beau cadre verdoyant comme ici par exemple à Availles-Thouarsais où l'église se cache dans les feuillages.(26)    
25
26
Je continue ma route, vitesse croisière, sur les plus petits chemins et découvre le gué du Prilioux à Argentine.
C'est en cherchant à faire une photo du Thouet dans un cadre sauvage de nature que je rencontre un cycliste vtt. Un peu plus loin un autre cycliste vtt. L'allure lente, l'air fatigué, vélo dans un état pitoyable, tout cela me laisse penser qu'il y a plus beau à voir encore.
Je continue donc à contre sens et remarque brusquement un chemin étroit empierré traversant le Thouet.(27)
27
Je traverse et puis . . .
28
Le feuillage des arbres et la boue me font arrêter sec. Je me garde bien de salir mon vélo, d'abîmer mes habits et de me perdre dans ce bois. Je retourne, sors de cette forêt vierge et retraverse le gué. (28)   

Un couple de paysans du bourg me regarde avec des grands yeux écarquillés. Je leur souhaite une bonne journée. Qu'est ce que ces gens peuvent bien penser ?
De nouveau sur le goudron, je remonte sur ma machine, traverse par la rue du Gué de Prilioux (29) le village et prends la route vers Saint-Généroux, éloigné de 3 km.
29
A l'entrée on remarque en premier lieu les deux ponts situés directement l'un à côté de l'autre.(30)+(31)  Les amoureux du Paris-Roubaix peuvent s'aventurer sur la chaussée du vieux pont. (32)
De l'autre côté se trouve une auberge qui attire mon attention. Ayant mis pied à terre et faute de ne pas regarder le sol, je glisse à plusieurs reprises.
30
31
32
En deuxième lieu, la vieille église, des 9-10ième siècles, a été dédiée à un abbé venu de Saint-Jouin, mort vers 521. Très restaurée au 19ième siècle, elle est, par ses éléments préromans, l'une des plus anciennes de France.
Les ruines d'un couvent, délaissé au 16ième siècle, entourent l'édifice.
33
34
Pour faire une photo de l'église, (33) je prends le petit chemin en face qui grimpe sec. Attention cependant à la chaussée !  Ce n'est pas la route idéale pour un cyclotouriste.(34)

Ensuite, je reprends un sentier ; cette fois-ci sur . . . Le GR.36 qui longe directement la rivière.  Il y a des parcelles, nombreuses, délimitées, achetées par des particuliers et plus ou moins aménagées.
Je n'hésite pas à faire une photo d'une parcelle 'romantique' (35) et d'une autre parcelle, plus ordonnée, avec table/banc et embarcadère pour bateaux, où je décide de m'arrêter pour me restaurer dans ce cadre luxueux. (36)
35
36
37

A Maranzais je rencontre un pont d'Avignon. A mi-chemin sur le pont le passage est bloqué pour toute circulation.(37) La barrière de protection ne me gène pas . . . ; traverser le Thouet à la nage avec le vélo sur le dos me semble plus dur.

Je cherche un autre pont que je trouve au village Praillon ou Maranzais. (38) mais le nom de Praillon est introuvable sur ma carte. Je roule vers le nord et continu à suivre le Thouet.
38
39
40

Le paysage est beau ; un pêcheur local (39) attend vainement que le poisson morde à l'hameçon et moi je regarde la chute d'eau. (40)
Je pédale vers le château de Maranzais avec le but de le visiter plus en détail. Je tombe brusquement sur le panneau à l'entrée :  " NIGHT CLUB "
Alors les visiteurs ne viennent-ils pas ici pour la beauté du château ? (41)
41
42
Je retourne à ma nature (42) et continue sur les petits chemins tranquilles le long du Thouet, tout en faisant ici et là une photo de constructions remarquables. (43)+(44)+(45)+(46)  
43
44
45
46
Je traverse le dernier pont étroit pour monter au centre ville de Thouars.(47)
47
Peu après le village de St.Martin-de-Sanzay se trouve le 'Parc de loisirs de St. Cyr', où les audacieux parmi nous, peuvent s'exercer sur le parcours sportif de la Ballastière, composé de 3 niveaux d'entraînement. (48)
Moi, je m'y repose seulement un instant tout en regardant un autre panneau sur le Thouet, celui de la dernière partie de mon trajet, traversant l'Anjou, jusqu'à Saumur.
 48
Je reprends ensuite la route pour Montreuil-Bellay. Contrairement à ma randonnée le long de la Dive, je reste directement à côté du Thouet. Pour aller au Centre Ville, il me faut prendre la Ruelle aux Vaches.(49)

Après avoir fait quelques photos en restant le long du Thouet des monuments de Montreuil-Bellay,(50)+(51)+(52) je le traverse de nouveau et pars par le bourg Bron vers Le Coudray-Macouard, où je tourne à droite pour traverser encore une fois le Thouet et ensuite le Canal de la Dive.
49
50
51
52
Après les villages de Saumoussay, Chacé et Bagneux, j'arrive à Saumur où je m'arrête sur le  'Pont Fouchard'.(53)  J'ai l'intention de suivre la rivière de très près. (54)  Je descends au 'Théâtre de Verdure', (55) terrain de détente à côté du pont et passe dessous pour longer la rivière. Assez vite mon passage de terre s'arrête, tandis que de l'autre côté, le chemin a l'air de continuer. Je retourne afin de prendre l'autre rive.
53
54
55
Je traverse Saumur tout en restant le long du Thouet.(56) Je passe finalement une dernière fois un pont, visiblement pour piétons. (57)
56
57
A St.-Hilaire-St.-Florent, lieu de confluence du Thouet avec la Loire, je fais une dernière photo d'un embarcadère où des touristes attendent pour faire un petit tour en gabare sur le Thouet jusqu'à l'embouchure avec la Loire 100 mètres plus loin. (58)
58
C'est ainsi que se termine le voyage le long du Thouet.
Il reste maintenant 70 kilomètres à pédaler pour arriver à la maison ce que je fais à une allure bien soutenue et sans le moindre arrêt en passant par le centre de Saumur, Chinon et l'Ile Bouchard.

J'ai roulé aujourd'hui 225 km   


Ferdy Los
Inter.cartier@wanadoo.fr
    

Page Spéciale pour impression

Temps : 0.0977 seconde(s)