MON PLAISIR

Vendredi 06 juillet 2012 @ 07:09:29



Aujourd’hui, dimanche 1er juillet, j’ai l’intention d’excursionner vers le sud.


Pour cette deuxième sortie, je choisis de passer par la base de loisirs à La Puye et d’y prendre ma première pause pour ensuite continuer direction Montmorillon si tout va bien.

Le départ est vite pris. Les premières cinq minutes servent au ‘warming up’ des jambes pour les habituer au vélo et sonder la direction du vent faible.

Après le pont de Nouâtre, je tourne au rond-point à gauche, traverse Marcilly-sur-Vienne et longe la rivière sur la D.18 jusqu’à Dangé-St.Romain. C’est ici où je retraverse la Vienne et la quitte pour me diriger sur Oyré.

Arrivé à l’église, je tourne à gauche pour aller à Coussay-les-Bois. Entre parenthèses cette église de Oyré portant le nom de ‘Saint-Sulpice’, est de style roman primitif et date de la fin du XIe et du début du XIIe siècle. Elle est construite en tuffeau et sa couverture est en tuiles plates. Ces caractéristiques montrent qu'elle est un édifice de transition entre le Poitou et la Touraine. Elle est classée monument historique depuis 1914.


M’éloignant du bourg je vais bientôt traverser la forêt de La Groie. La condition est bonne, les jambes fonctionnent bien et je remarque que le plus grand plateau du vélo est le plus demandé ce qui est bon signe.
Dans les descentes, j’essaie de rouler quelque fois à la vitesse maximale pendant quelques secondes, c’est-à-dire dans la cinquantaine de kms. par heure. La première fois, juste avant Oyré et maintenant à Coussay-les-Bois, jusqu’au panneau ‘stop’ dans l’entrée du village. Je tourne à droite et à gauche pour traverser la route D.725, Châtellerault – la Roche-Posay.


En quittant le village je passe devant le château de la Vervolière. C’est un ensemble pittoresque de bâtiments, commencés au XIe siècle et achevés au XVe siècle (tours à mâchicoulis, fuie...) et groupés autour d’une cour centrale. L’une des tours abrite un escalier qui a la particularité d’être à rampe droite. Bien que d’une taille modeste, il semble être le plus ancien de France. Cette châtellenie est l’ancien fief des Du Plessis.
Plusieurs membres de cette famille occupèrent d’importantes charges comme Louis de Plessis au service de François Ier et surtout Armand Jean Du Plessis, Commandeur de l’ordre du Saint Esprit, chef et surintendant de la navigation et commerce de France... Mais, il est mieux connu sous le nom de Cardinal de Richelieu.

La riche végétation autour du château m’empêche d’en faire une bonne photo, donc je continue ma route pour Pleumartin.


La route est bien goudronnée et j’avance vite. Sur la grande place au centre de Pleumartin il y a de l’activité devant l’église pour la messe ; je passe le long des Halles pour filer vers La Puye en passant par la Ligne Acadienne.


Je ne réussis pas toujours à prendre le chemin le plus court ; celui-ci est bien tranquille mais peu long. A la hauteur de la maison . . . . ce ne sera plus que de la verdure.
Il ne reste alors qu’à faire demi-tour.




Néanmoins j’arrive à destination. Ma place est libre, la base de loisirs avec plage, tables et bancs et café-restaurant, où l’on mange bien (souvenir d’un repas en famille). Mais aujourd’hui dans mon sac-à-dos, il n’y a que du pain avec fromage et pain d’épice, deux pommes et quelques gâteaux au chocolat.
Je constate qu’il n’y a qu’un seul baigneur dans l’eau et la plage est même vide.




En partant je retourne au centre du village pour prendre la D.9, route vers Payzay-le-Sec pour traverser ensuite la Nationale 151, St.Savin-Chauvigny et continue mon chemin par Leignes-sur-Fontaine. La belle route goudronnée me donne des ‘ailes’.
Au rond-point de Leignes, je continue ma route vers le sud sur la D.54 à Montmorillon. Dans une descente j’appuie de nouveau sur les pédales jusqu’à 58km/heure exactement ; ce sera la vitesse maximale de la journée.

Devant moi je vois apparaître le grand rond-point de Montmorillon. La ville est située à 50 km au sud-est de Poitiers et à 90 km au nord-ouest de Limoges. Le territoire communal est arrosé par la rivière Gartempe.
Je me dirige vers le centre de la ville où je m’arrête devant la chapelle Saint-Laurent.




Je suis aussi à 90 km de la maison alors je cherche à m’installer, pour manger, sur un banc communal dans le vieux centre avec un joli panorama sur la ville.
Je sors mon pain de mon sac-à-dos ainsi qu’une pomme. C’est peu mais il me faut supprimer les 10 kg d’embonpoint que j’ai ‘collectionné’ l’hiver dernier.
Franchement dit, je préfère la spécialité culinaire d’ici : le méchoui traditionnel : un mouton ou un agneau à la broche, souvent farci avec un mélange d’oseille, de pain, de lait et de lard gras (composantes principales du fard poitevin, ou encore du farci poitevin), accompagné de haricots blancs, cuits avec un gros oignon piqué de clous de girofle. Les anciens y mettent encore le ‘gravé’, bouts de lards gras roussis, et incorporés aux haricots avec le gras fondu. Le tout, accompagné d’un bon vin. . . . !


Montmorillon est appelé aussi « Cité du livre ».
La Cité se situe au cœur du quartier médiéval qui se délabrait avant l'ouverture du site (juin 2000). Les bâtiments ont été achetés, rénovés et sont loués par la ville avec le soutien financier du département, de la Région et de l'Union européenne. On y trouve aussi bien des bouquinistes, spécialistes du livre ancien et d'occasion, que des artisans des métiers du livre : calligraphe, illustrateur.
Sur le grand rond-point, à l’entrée de la commune, on peut voir un tas de livres ‘format géant’.

La romancière Régine Deforges en est originaire de Montmorillon. Elle a participé à la création du salon biennal du livre et elle est aussi à l’origine de l’idée de la Cité de l’Ecrit et des métiers du livre.
Le poète et romancier Lionel-Edouard Martin, né le 10 novembre 1956, est également natif de cette ville.


Pour le retour je pense prendre la D.5, partie de la course Bordeaux-Paris en direction de Angles-sur-l’Anglin.
Jusqu’ici la vitesse moyenne s’élève à 25,4. Juste avant Angles, je prends à gauche la route pour St.Pierre-de-Maillé.




Au pont j’arrête un instant pour admirer la Gartempe qui traverse le bourg. Ensuite je tourne à droite pour longer la rivière.




Je passe le long du château de Jutreau : imposant château médiéval du XIIIeme siècle pour les tours et du XVe siècle pour le pavillon oriental. Ce dernier est inscrit au titre des monuments historiques depuis le 17 avril 1935.
Je me glisse dans le jardin par une porte ouverte pour faire une photo.






J’ai l’impression que la vallée de la Gartempe se prête à merveille pour faire des randonnées à pied.

Je continue mon chemin à Vicq-sur-Gartempe. A la Roche-Posay je mange ma dernière tartine puis entame le dernier tronçon de mon tour.
Sans aucun arrêt je traverse les villages. En face Descartes, j’ai la vue sur le premier champ de tournesols en fleur de l’année, donc petit arrêt photo.




La D.5 se termine à Port-de-Piles ainsi que mon passage dans le département de la Vienne.

A Nouâtre, j’arrive à temps pour le souper, sans avoir eu de crampe de la journée après avoir roulé 187 km. La moyenne à La Puye (60 km) est de 25,8 ; la moyenne à Montmorillon (90 km) est de 25,6 km à l’heure.





Ferdy Los



Page Spéciale pour impression Envoyer cet Article à un ami     Précédent |  Suivant

Temps : 0.3415 seconde(s)